05 janvier 2019

Aidant : un terme encore peu connu et peu valorisé

Le terme d’Aidant(e) existe depuis plusieurs années et se diffuse peu à peu en France. A ce jour, 2 Français sur 5 ont déjà entendu parler de ce terme. Et 30% d’entre eux ont une idée précise de ce dont il s’agit.

Néanmoins, sur plus de 11 millions d’aidants, encore 64% d’entres eux ignorent qu’ils sont aidants. Il devient donc essentiel de valoriser de plus en plus cette notion pour soutenir les aidants(es) qui sont bien souvent dans des situation délicates.

En effet, la situation d’aidant(e) n’est pas simple et un grand nombre d’entre eux souffrent de plusieurs problèmes de santé engendrés par leur statut d’aidant :

  • > 38 % souffrent de stress et d’anxiété,
  • > 32 % ont le sommeil perturbé,
  • > et 30 % ont des douleurs physiques comme des maux de dos.

De plus, être aidant(e) est bien souvent un travail à temps partiel voire complet. Effectivement, 82% des aidants(es) consacrent en moyenne par semaine moins de 20 heures à leur(s) proche(s) aidé(s). Toutefois, 16% des aidants sont mobilisés en moyenne 20 heures et plus, et 9 % pendant 40 heures et plus.

De ce fait, selon 86 % des Français, le statut d’aidant(e) devrait être encore plus valorisé. Selon eux, de nombreuses actions utiles sont à mettre en place telles que :

  • > Une meilleure coordination entre tous les acteurs pour 90 % des personnes interrogées,
  • > une aide financière et/ou matérielle pour 87 %,
  • > 5un maintien à domicile de l’aidé facilité pour 87 %.

D’autres pistes d’améliorations pourraient également faciliter la vie des aidants(es) comme la formation sur les gestes du quotidien par exemple. Enfin, 85 % d’entres eux souhaiteraient le développement de Maisons de Répit ainsi qu’un aménagement du temps de travail.

Finalement, même si la notoriété de la notion d’aidant(e) a progressé cette année, il reste encore du chemin à parcourir. Une meilleure connaissance au sein de la société pourrait permettre la mise en place des bonnes mesures, et des bons interlocuteurs, pour simplifier ou au moins faciliter la vie des aidants(es), que ce soit sur le plan de l’information comme de l’aide concrète ou matérielle.

 

Source :
Fondation ABRIL – Baromètre des aidants 2018, en collaboration avec
l’Institut de sondage BVA : https://www.lajourneedesaidants.fr/la-fondation-april-publie-les-resultats-2018-du-barometre-des-aidant%C2%B7e%C2%B7s/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *